Energie ou Quantité de Mouvement ?

La Balistique est une science complexe qu’il est parfois bien difficile à comprendre tant elle dépend de facteurs externes venant perturber cette science que l’on aurait pu croire comme exacte.

Pour mieux expliquer la Balistique, il faut la diviser en trois parties distinctes :

– la Balistique Interne : c’est ce qui se passe dans le canon et qui est la moins perturbée, bien que la température des cartouches influent sur la performance de la poudre.

– la Balistique Externe : c’est ce qui se passe pendant le vol du projectile et est perturbé par l’attraction terrestre, la résistance de l’air (le vent latéral également) et se trouve légèrement modifié en fonction de l’angle du tir.

– la Balistique de But : c’est ce qui se passe quand le projectile entre touche sa cible et qui nous intéresse particulièrement ici. Elle commence au moment où la balle entre en contact avec l’animal et se termine au moment où elle ressort, si cela est le cas. Dans le cas contraire, elle se termine au moment où elle est stoppée dans le corps de l’animal. C’est cette action qui va devoir tuer -le plus rapidement possible- l’animal. Pour se faire, la balle aura besoin de puissance pour pénétrer et assurer son action mécanique dans le corps du gibier.

Si les tirs sur bloc de gélatine ne sont pas représentatifs de ce qui se passe à l’intérieur du corps d’un animal, ils traduisent néanmoins de façon assez précise du volume affecté par l’expansion du projectile et de l’influence de la puissance lors de cette pénétration. Cette puissance est traduite de 2 manières différentes : l’Energie Cinétique et la Quantité de Mouvement.

L’ENERGIE CINETIQUE

C’est celle qui figure sur les boites de munitions et qui se trouve dans la majorité des cas, mal interprétée. La plupart des Chasseurs ne retiennent comme information que l’Energie au point O -c’est à dire à la sortie du canon- alors que l’important est l’Energie au point d’impact. De plus, l’Energie mentionnée sur les boites correspond à des mesures prises en laboratoire avec des canons manométriques de longueur idéale en fonction du calibre, que l’on ne retrouve presque -pour ne pas dire jamais- dans nos conditions réelles de Chasse. Pour connaître l’Energie réelle, il faudrait connaître la vitesse réelle à la sortie du canon, ou encore mieux, à l’impact ce qui est impossible.

Mais bon, passons sur ces écarts de mesure et intéressons-nous à cette Energie Cinétique. Celle-ci s’exprime en Joules et se calcule de la manière suivante :

CE = 1/2mV2

CE est l’Energie Cinétique, m la masse du projectile en kg et V la vitesse du projectile à l’instant T

Prenons l’exemple d’une Brenneke TIG de 10.5 en calibre 7 x 64 dans le cas d’un tir de Battue et contentons-nous de prendre en référence les indications mentionnées sur la boite pour un tir de Battue à 50m. Vitesse à l’impact de 832m/s pour un poids de 10.5 g soit 0.0105kg.

Le calcul nous donne {(832 x 832) x 0.0105}/2 = 3 634 Joules

A 50m, la Brenneke TIG de 10.5 g dispense donc une Energie de 3 634 J

Vous l’aurez compris, l’Energie Cinétique donne une part importante à la vitesse du projectile. Prenons maintenant l’exemple d’une balle quelconque de 32g en fusil lisse de calibre 12 qui aurait une vitesse à l’impact de 335 m/s. Ce même calcul donnerait {(335 x 335) x 0.032}/2 = 1 796 Joules, ce qui est bien insuffisant pour tuer un grand gibier. Le calibre à pourtant tuer de nombreux gros Sanglier depuis sa mise en service. Pourquoi ? Parce qu’une autre force entre en action , mais qui n’est jamais mentionnée sur les tables balistiques inscrites sur les boites, c’est…

La QUANTITE de MOUVEMENT

Cette fois, la vitesse prend beaucoup moins d’importance et s’exprime en donnant plus d’importance à la masse du projectile. Elle se calcule ainsi :

QM = mV

QM est la Quantité de Mouvement, m la masse du projectile exprimé en kg et V la vitesse du projectile à l’instant T

Pour reprendre notre exemple de balle TIG de 10.5 g en calibre 7 x 64 cela donne :

QM = 0.0105 x 832 , soit 8.74 kgm/s (kilogramme-mètre par seconde)

Pour ce même mode de calcul, notre fusil calibre 12 donnerait ceci :

QM = 0.032 x 335, soit 10.72 kgm/s, ce qui explique l’efficacité du calibre 12 à courte distance.

En conclusion

Rien ne prouve qu’un mode calcul soit supérieur à un autre en terme d’efficacité. Disons simplement qu’il ne s’adressent pas aux mêmes types de projectiles. La Quantité de Mouvement aide à se rendre compte de la capacité à arrêter un animal avec des calibres lents, mais de diamètre et de poids importants. C’est le cas des calibres des fusils lisses, mais également pour les armes rayées de calibres 35 wehlen, 9.3 mm, 375…  A l’inverse, l’Energie Cinétique est nécessaire au travail mécanique des projectiles plus rapides et légers, mais beaucoup plus élaborés (pétalisation et déformation programmée). C’est le cas des calibres 6.5 mm, 270, 7 mm… Les 300, 338 et autres 8 mm se situent un peu à la frontière entre les deux. Bien évidemment, tout ceci ne veux pas dire que dans le cas des calibres forts, le choix de la balle n’est pas important. Le critère de choix ne sera tout simplement pas le même.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recherches populaires : Vêtements de chasse, Technique de chasse
Remonter