VISEURS POINT ROUGE : lequel choisir ?…

Je ne reviendrai pas sur le match Point Rouge/Lunette, cela a déjà  fait l’objet d’un article (Optiques : que choisir?) et le seul sujet abordé ici sera le Viseur Point Rouge. A l’origine, c’était simple : il y avait le viseur tubulaire et c’était tout. Puis le marché a vu apparaître de nouvelles marques et avec elles, de nouvelles technologies tel que le système “holographique”. L’Holosight de Bushnell en a été l’un des premiers représentants sur notre marché.

 

On pourrait penser que tout cela a facilité la vie du Chasseur, mais en réalité, la confusion c’est installée pour bon nombre d’entre eux et il faut reconnaître qu’il y a parfois de quoi se perdre dans ce vaste éventail de produits.

Comme pour tout autre équipement, un cahier des charges est nécessaire à une bonne évaluation de ses besoins pour ne pas se tromper. Je vais tenter de vous éclairer dans ce choix.

La première des choses à déterminer est la distance maxi des tirs que l’on a l’habitude d’effectuer à la Chasse. Il faut bien comprendre qu’un Viseur point Rouge se destine presque exclusivement à la Chasse en battue. Je dis bien presque parce que certains modèles “haut de gamme” permettent d’être utilisés en tirs d’approche jusqu’à une distance pouvant dépasser légèrement les 100 m, avec une taille de point ne dépassant pas les 2/2.5 MOA (voir l’article sur la MOA), ceci afin de garder une bonne précision à portée ultime. Si au contraire, les tirs se limitent à 50/60 m, un point de 4 à 6 MOA peut aider à une prise de visée plus aisée.

Le deuxième point, et ce n’est pas le plus facile, est de faire un choix entre un système tubulaire et un système holographique. Il serait facile de se dire que le premier, plus ancien, c’est fait supplanté par le second, plus léger, moins encombrant, donc n’offrant que des avantages. Des avantages, il est vrai qu’il en apporte avec son moindre poids et son plus faible encombrement, mais il a également ses inconvénients. Sur certains modèles, l’ergonomie présente une certaine fragilité et le plus déterminant est peut-être sa sensibilité aux intempéries. En effet, si dans le cas d’un système tubulaire toute la technologie est enfermée, sur le système holographique, le point rouge est projeté sur l’écran et de ce fait la pluie , la neige et les diverses saletés peuvent venir régulièrement perturber son fonctionnement. Le système tubulaire, lui, a le désavantage d’être plus massif et plus lourd, mais est beaucoup moins sensible aux intempéries.

Le troisième point est le prix et là encore, il faut réfléchir à long terme. Les modèles premiers prix ne sont pas tous totalement dotés d’une absence absolue de parallaxe. D’autre part, même s’ils offrent une multitude de possibilité de points de forme, de couleur ou encore de taille différentes, leur technologie est bien souvent moins élaborée et de ce fait ils sont bien souvent, parfois même énormément, consommateurs de piles. Certains modèles imposent même un démontage du dispositif pour les changer, ce qui oblige à procéder à un nouveau réglage. La marque AIMPOINT, qui représente le haut de gamme en matière de Viseurs Point Rouge équipe ses modèles d’une technologie qui garanti une durée de vie de ses piles de 50 000 heures (plus de 5 ans sans l’éteindre).

Pour résumer et vous éclaircir dans cet éventail compliqué, déterminez tout d’abord vos besoins en distance de tir. Ensuite, faites votre choix entre un système tubulaire et un système holographique. Enfin, réfléchissez budget. Si celui-ci est particulièrement serré, optez pour un modèle d’un prix compris entre 120 et 200€ sur lequel vous pourrez changer la pile sans démontage et prévoyez toujours d’emmener une pile de rechange.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si au contraire votre budget vous le permet, je vous conseille sans hésitation d’opter pour un modèle de chez AIMPOINT. Leur qualité de fabrication associée à la durée des piles en font des Viseurs qui se révélerons les plus fiables et économiques dans le temps. De plus, leur conception leur donne une excellente luminosité et leur garanti une absence totale de parallaxe. Je l’ai déjà dis et je me répète : dans le domaine des Viseurs Point Rouge, il y a AIMPOINT …   et puis les autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En ce qui concerne le réglage, le principe reste le même que pour une lunette (réglage du point visé sur le point d’impact en verticale et horizontale), à ceci près que l’on ne cherchera pas ici un compromis de précision jusqu’à la DRO, mais un simple réglage plein centre entre 25 et 100 m en fonction des distances de tir estimées.

 

 

Formations

Découvrez nos formations en vidéo !

Recherches populaires : Blog Conseils & Vêtements Chasse
Remonter